LES COURTS MÉTRAGES (CM)


L’épilogue ajouté au « Petit guide des invations barbares » (que vous pouvez écouter directement cette semaine en cliquant sur la version ci-bas du vidéo), on l’avait tourné pour parodier le mépris qu’avait démontré la ville de Val-David pour les locataires évincé(e)s de Guindonville. On était alors loin de se douter que ça allait faire fureur pour de vrai 7-8 ans plus tard… (voir les liens sous le vidéo !)
*

Le 09 octobre 2010
Les conteneurs à l’honneur
« Parmi les plus réputées, notons le complexe Container City et l’hôtel Travel Lodge, tous deux à Londres, les logements pour étudiants à Keetwonen, à Amsterdam, le musée Papertainer en Corée du Sud, ainsi que les logements du collectif TAM Associati pour les médecins d’un hôpital au Soudan. À la fin d’août, par ailleurs, une résidence universitaire a été inaugurée au Havre, en France. »

Des conteneurs pour aider les sans-abri
«L’itinérance est un passage, précise-t-il. Ce n’est pas une destination. Le conteneur est un symbole du voyage qui amènera l’itinérant ailleurs, vers une autre étape de sa vie.»

En faveur des conteneurs
«On va percer des ouvertures dedans, fait remarquer M. St-Jean. Mais on va les choisir, ils ne seront pas tout bosselés!»

Et même à Haïti !

Le 12 août 2010
Luck Mervil : reconstruire Haïti, village par village
« Muni de lits et d’une table escamotable, le conteneur converti peut abriter une famille de six personnes, a expliqué Gilles Robitaille, de Constructions nomades, une firme des Laurentides. Un conteneur adjacent abritera une salle de bains et des lavabos. Des panneaux solaires permettront à la maison d’être autosuffisante au point de vue énergétique. Selon l’architecte qui supervise le projet, Ron Rayside, le tout résistera à la fois aux tremblements de terre et aux ouragans. »

De moins grandes ambitions, et pas de conteneurs ici, mais tout de même intéressant pour Haïti :

Le 23 janvier 2012
Haïti: quand les sinistrés mettent la main à la pâte
« «On a maintenant une vraie maison, permanente et parasismique!», s’exclame Mme Britus, fière du travail accompli. «Il faut penser à transformer les communautés en acteurs de leur propre reconstruction, soutient M. Jean-Baptiste. Il revient aux Haïtiens de s’occuper de la reconstruction de leur pays.» »

Je suis retombé cette semaine sur ce film que j’ai tourné il y a presque 9 ans dans le cadre des soirées des Lucioles. Je l’ai donc mis dans la catégorie « Les courts métrages », mais ce billet est aussi bien sûr publié « En attendant le film… ».

Le film dure un bon 20 minutes parce qu’il s’agit au fond deux courts métrages mis bout à bout. Pourquoi ? Parce que le second est la conséquence, à peine exagérée, du premier où sont exposées six grandes règles pour bien réussir une invasion barbare. Je commenterai d’ailleurs la seconde partie qui commence à 12:12 la semaine prochaine, et j’aurai malheureusement l’opportunité d’actualiser ce dossier « Invasions barbares » dans deux semaines…

Je ne vous en dit donc pas plus, sinon de vous inciter à regarder la 2e partie du film seulement la semaine prochaine pour avoir les commentaires qui viendront avec (ça aurait été trop de travail pour moi de les séparer!).

Pour l’instant, replongeons-nous dans le contexte de la première partie du film. On est début 2003, en pleine crise du logement, et la municipalité de Val-David, dans la région des Laurentides, ordonne l’expropriation de 7 maisons à loyer modique pour construire le chalet d’accueil d’un parc régional controversé. L’affaire « Guindonville » devient en quelque mois le symbole de la lutte pour le logement social au Québec. Malgré une mobilisation importante, les 7 maisons sont détruites le 6 juillet 2003 et tous leurs locataires se retrouvent à la rue.

Tous ? Pas tout à fait… Mais ça, ce sera pour la semaine prochaine car c’est la deuxième partie du film qui montre par l’absurde où mène cette logique d’exclusion.

*

L’affaire Guindonville

L’affaire Guindonville : ajouter l’insulte à l’injure

Val-David – Desjardins épouse la cause des expropriés de Guindonville

Guindonville ou le gâchis oublié

Nous interrompons cette émission pour un message d’intérêt publique de grande importance. Nous venons de recevoir un communiqué du Réseau de la commission populaire annonçant que Ivan Apaolaza Sancho subira sous peu son procès en Espagne sur la base de preuves recueillies sous la torture. On se souviendra en effet que ce Basque avait été déporté du Canada le 18 octobre 2008 et a été incarcéré pendant trois longues années dans les prisons espagnoles en attente de son procès qui aura lieu le 17 octobre prochain.  

 Afin de s’assurer qu’Ivan aura droit à un procès équitable, le Réseau de la commission populaire lance une campagne de soutien. Une projection de films sur la lutte des Basques et la complicité du gouvernement canadien dans la répression politique espagnole est aussi organisée jeudi le 13 octobre à 19h à l’UQAM au Pavillon Paul-Gérin-Lajoie (N) Salle N-M120, 1205, rue Saint-Denis Metro Berri-UQAM.

Au programme:

  • L’Écho du Silence, Les Lucioles (20 minutes, FR), Documentary on the story of Gorka and Eduardo, two Basque political prisoners who were tortured and fled to seek justice in Quebec.
  • Ivan Apaolaza Sancho: Basque Political Prisoner (15 min, FR), Documentary on the case of a Basque political prisoner on trial in October 2011 in Madrid.
  • presentations by Marc-André Cyr and members of the Ivan Apaolaza Support Committee.

Et comme par hasard j’avais fait trois petits vidéos racontant l’histoire d’Ivan qui n’avaient pas encore été diffusés ici. Les voici donc.

 *

L’histoire d’Ivan (1/3)

 

L’histoire d’Ivan (2/3)

 

 

L’histoire d’Ivan (3/3)

On termine cette semaine notre festival d’été de courts métrages, pas tant parce que les premiers épisodes de la saison III de Enfin les vacances sont prêts (loin de là…), mais parce que… ben, c’est plus tellement l’été ! Ça ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas éventuellement d’autres, mais il faut bien un deadline pour finir de monter ce prochain chapitre qui aura pour titre « L’enfance ». Et comme la principale protagoniste de la série est née en France, eh ben au diable la dépense, c’est de Sarkoland que vous parviendront les prochains épisodes !

Mais pour l’instant, en ce week-end où l’on sent à nouveau la menace terrorissss, savamment relayée par nos grands médiocres, planer sur nous, quoi de mieux qu’un petit vidéo, monté entre autres avec des rush du Gambit du fou, donc quelques mois avant le 11 septembre 2001, pour nous rappeler que le mensonge et l’asservissement des masses n’a pas été inventé par Ben Laden…

*

L’essence de notre âme perverse

Dur constat de notre servitude volontaire sur des images du Sommet des Amériques à Québec en avril 2001. « Quand les peuples cesseront d’être abusés, ils cesseront d’obéir. [...] En attendant, ce ne peut être qu’un cauchemar qui tient la caméra du réel. »

L’été tire à sa fin et, les premiers épisodes de la 3e saison de Enfin les vacances n’étant pas encore tout à fait prêts, nous vous présentons cette semaine non pas un mes 5 courts métrages ! Ceux-ci résument chronologiquement la saga de la pousuite intentée par la minière Barrick Gold contre les éditions Écosociété et les auteurs du livre Noir Canada. Pourquoi faire le point à ce moment précis ? Parce qu’une première manche vient d’être clairement remportée par la petite maison d’édition. En effet, la juge Guylène Beaugé de la Cour supérieure, dans un jugement rendu à la fin du mois de juin dernier, et passé un peu sous silence dans le creux de l’été, a qualifié d’« en apparence abusive » la poursuite de 6 millions de dollars qu’a intentée Barrick à la petite maison d’édition. Les principales conclusions de ce jugement sont d’ailleurs résumées dans un article en Une du Couac de septembre présentement en kiosque !

*

 Ecosociété menacée par un SLAPP (5 mai 2008)

En conférence de presse le 5 mai 2008, la maison d’édition Écosociété a fait le point sur le SLAPP qu’elle s’est vu assénée par Barrick Gold suite à la publication du livre Noir Canada, Pillage, corruption et criminalité en Afrique d’Alain Deneault et ses collaborateurs du collectif Ressources d’Afrique.


Ecosociété menacée par un SLAPP par actualite_citoyenne

 

 

Dépôt d’une loi anti-SLAPP au Québec  (11 juin 2008)

Vidéo de la conférence de presse du 11 juin 2008 sur l’urgence d’une législation contre les poursuites-bâillons (SLAPP) au Québec, suivie d’une première appréciation du projet de loi allant en ce sens déposé le 13 juin 2008.


Dépôt d’une loi anti-SLAPP au Québec par blaireault

 

 

L’économie de la haine  (22 avril 2010)

Allocution de Alain Deneault à l’occasion du 2e anniversaire de la parution du livre Noir Canada, le 22 avril 2010 à la salle l’Alizé à Montréal.

 

 

Solidarité avec Écosociété  (8 décembre 2010) partie 1

ÉCOSOCIÉTÉ ET LES AUTEURS DE NOIR CANADA DEMANDENT AU TRIBUNAL DE REJETER LA POURSUITE DE BARRICK GOLD


Solidarité avec Écosociété – 8/12/2010 (1: A.-M… par blaireault

 

Solidarité avec Écosociété  (8 décembre 2010) partie 2

ÉCOSOCIÉTÉ ET LES AUTEURS DE NOIR CANADA DEMANDENT AU TRIBUNAL DE REJETER LA POURSUITE DE BARRICK GOLD


Solidarité avec Écosociété – 8/12/2010 (1: A… par blaireault

On continue notre festival d’été de courts métrages, et comme c’est cette fin de semaine qu’a lieu le 4e Congrès de Projet Montréal, on ressort un montage de 45 minutes d’une conférence donnée par Richard Bergeron en mai 2007, à l’époque où il était le seul élu de Projet Montréal. On est donc à l’époque décrite dans La fin du néandertal où il se tapait seul la « joyeuse équipe » du parti du maire Tremblay… Puis vint l’élection de 2009 où 13 autres élu(e)s de Projets Montréal vinrent le rejoindre, dont les 7 du Plateau. Depuis, avec une administration Tremblay encore majoritaire à la ville centre, on n’est toujours pas dans le Montréal rêvé par Bergeron dans cette conférence,  mais le Plateau donne le ton et tourne définitivement le dos à l’ère du néandertal…

*

Le programme de Projet Montréal

Le Montréal de demain : l’être humain avant l’auto. Une présentation de Richard Bergeron, chef du parti municipal Projet Montréal, en mai 2007.

Trois capsules vidéos d’environ 5 minutes où Luc Ferrandez, maire de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, explique les enjeux reliés aux mesures d’apaisement de la circulation mises de l’avant par l’équipe de Projet Montréal sur le Plateau (24 août 2011).

Sécurisation Plateau-Est (partie 1)

Toujours possible de passer sur le Plateau (partie 2)

Le Plateau Mont-Royal : destination de qualité (partie 3) et (partie 4)

On continue notre festival d’été de courts métrages avec cette semaine notre petit hommage à Gil Courtemanche, écrivain, journaliste et homme de conviction disparu cette semaine. Celui-là même qui avait refusé d’être en lice pour les Grands Prix littéraires Archambault, propriété de Quebecor, afin d’appuyer les journalistes du Journal de Montréal mis en lockout par Pierre Karl Péladeau. Je ne sais pas si Courtemanche avait déjà vu ce vidéo, mais il me semble qu’il l’aurait fait sourire…

 *

Pierre Karl Péladeau entarté

Le 19 octobre 2004, à l’Université du Québec à Montréal, le président de Quebecor Inc, Pierre Karl Péladeau, fût entarté pour l’ensemble de son oeuvre médiatique convergente et abrutissante.

On continue notre festival d’été de courts métrages avec, comme fil conducteur avec la semaine passée, les enfants. Car en réécoutant ce film tourné en 2007, je me suis rendu compte que j’avais filmé pas mal d’enfants durant cette manif. Je ne sais plus si c’était conscient ou pas, mais avec le recul, il me semble que c’est tout à fait cohérent avec le fait de descendre dans la rue pour exiger une société plus juste et plus inclusive, puisque ce sont eux, nos enfants, qui vont grandir dedans… Chose certaine, ma fibre anar ne vibre jamais autant qu’en présence des enfants. Au fond, ce sont eux qui nous manipulent, et pour le mieux !

*

Marche « Un statut pour tous et toutes ! »

Plusieurs centaines de manifestant-e-s ont défilé pendant des heures sur la rue Jean-Talon à Montréal (Québec) le 5 mai 2007 dans le cadre d’une journée d’action pan-canadienne de justice pour les immigrant-e-s. La marche visait à revendiquer la mise en place d’un programme de régularisation complet pour tout-e-s les sans-papiers, c’est-à-dire un STATUT POUR TOUTES ET TOUS. Pour plus de détails, voir au http://www.solidarityacrossborders.org/fr/node/224
 

Vidéo de la même marche en 2006 : National Day of Action for Immigrant Rights

Vidéo promotionnel de la même marche en 2011 : Un statut pour toutes et tous !

 

Tel que promis, notre festival de courts métrages se poursuit et met en vedette cette semaine un jeune comédien qui, à l’instar de son héros Harry Potter, a quelque chose de… magique ! Il s’agit en outre, pour nos deux anars de service, d’une scandaleuse (mais amusante) entreprise d’instrumentalisation de leur progéniture…

 *

En vie sans ma voiture

Même un enfant sait reconnaître un tel cadeau empoisonné !

Tel que promis, notre festival de courts métrages se poursuit cette semaine. Et en ce milieu d’été, avec les BBQ en famille qui ramènent parfois de vieux souvenirs, la nostalgie nous guette et nous replonge dans une quête des origines aux influences cinématographiques à peine subtiles…

*

Absence de nécessité

L’absence de nécessité de l’existence de l’auteur de ce vidéo démontrée par le récit de la rencontre de ses parents sur une allée de bowling… (réalisé en 1999)


Absence de nécessité par blaireault

Propulsé par WordPress. Thème: Motion par 85ideas.